Le grand marin Catherine Poulain

le-grand-marin

Lieu : Kodiak, Alaska.

Époque : De nos jours.

Présentation de l’éditeur :

Une femme rêvait de partir.
De prendre le large.
Après un long voyage, elle arrive à Kodiak (Alaska). Tout de suite, elle sait : à bord d’un de ces bateaux qui s’en vont pêcher la morue noire, le crabe et le flétan, il y a une place pour elle. Dormir à même le sol, supporter l’humidité permanente et le sel qui ronge la peau, la fatigue, la peur, les blessures…
C’est la découverte d’une existence âpre et rude, un apprentissage effrayant qui se doit de passer par le sang. Et puis, il y a les hommes. À terre, elle partage leur vie, en camarade.
Traîne dans les bars.
En attendant de rembarquer.
C’est alors qu’elle rencontre le Grand Marin.

Mon avis :

Qu’attend-on de la lecture d’un roman ?

Du rêve ?

Des voyages ?

La découverte de nouveaux horizons ?

Des personnages hors du commun ?

De l’émotion ?

Une belle écriture ?

Le grand marin réunit tous ces éléments.

Ce beau roman décrit l’exil de Lily en Alaska, où elle part pour réaliser un rêve, un rêve fou : pêcher et assouvir son besoin de liberté. En Alaska, elle partage le quotidien des marins du Rebel, un bateau qui pêche la morue. Un environnement rude, exclusivement masculin où Lily, à force de persévérance et d’acharnement, finit par trouver sa place, au milieu de personnages tous plus originaux les uns que les autres.

En ouvrant ce livre, je n’étais pas du tout sûre de l’apprécier, même si dès le début, il m’a fallu reconnaître la richesse de la langue, le thème de la pêche ne m’attirait pas. Mais j’ai été captivée par ce roman qui nous décrit de belles histoires d’amitié, de grands moments de solidarité et même une histoire d’amour entre Lily et le grand marin.

Dans ce premier roman, Catherine Poulain dresse un magnifique portrait de femme, une femme libre, une femme forte qui va, à tout prix, jusqu’au bout de ses rêves et nous entraîne avec elle.

Un livre à savourer, une histoire et des personnages qui nous poursuivent longtemps.

A lire absolument.

Extrait : p.162, 163.

« Les gars boivent un café dans le carré. Joey me tend une cigarette :

-Qu’est-ce qui t’a fait venir ici ?

-Je sais pas, j’suis partie. Enfin si, je savais, bien sûr que je savais…J’étais sûre de cela au moins, que ce serait différent ici. Je me disais que ce serait propre sur l’océan.

Le Rebel a passé la rivière de Buskin et la baie des Femmes, un goéland ivre tourne dans la lumière.

-Peut-être aussi que je voulais aller me battre pour quelque chose de puissant et beau, je continue en suivant des yeux l’oiseau. Risquer de perdre la vie mais au moins la trouver avant… Et puis je rêvais d’aller au bout du monde, trouver sa limite, là où ça s’arrête.

-Et après ?

-Après quand je suis au bout, je saute.

-Et après ?

-Après je m’envole.

-Tu t’envoles jamais, tu meurs.

-Je meurs ?

-C’est d’ailleurs ce qui peut t’arriver ici, et plus vite que tu ne crois. Ce n’est pas un pays facile.

Je regarde la côte et ses contours qui s’estompent, l’océan blond, je soupire. »

L’auteur :

Catherine Poulain commence à voyager très jeune. Elle a été, au gré de ses voyages, employée dans une conserverie de poissons en Islande et sur les chantiers navals aux U.S.A., travailleuse agricole au Canada, barmaid à Hong-Kong, et a pêché pendant dix ans en Alaska. Elle vit aujourd’hui entre les Alpes de Haute-Provence et le Médoc, où elle est respectivement bergère et ouvrière viticole.Le Grand Marin est son premier roman. (Éditions de l’Olivier)

Parution

04 février 2016

Livre

384 pages

19,00 €

poulain-6-001

poulain 4 001.jpg

Catherine Poulain
Portrait of Catherine Poulain 18/11/2015 ©Geoffroy MATHIEU/Opale/Leemage/Éditions de L’olivier PHOTO LIBRE DE DROITS POUR LA PROMO EN PRESSE ECRITE ET NUMERIQUE TERRITOIRE FRANCE – DE 12/2015 A 12/2017Pour toute autre utilisation, contacter l’agence Leemage Opale

12910490_1572068486441115_1193356795_n

Publicités

6 réflexions au sujet de « Le grand marin Catherine Poulain »

  1. J’avais très hâte que de connaître ton ressenti pour ce livre, cette Auteure. Je suis ravie de le lire et de te savoir si enthousiaste.
    Un billet excellent que tu viens de signer et qui …..donne envie de lire ce livre absolument 😀

    J'aime

  2. Beau billet… J’ai aimé aussi et ai été étonnée de trouver de l’intérêt à une histoire de pêche ! J’y ai trouvé quelques longueurs même si je sais que ça traduit la lenteur, la routine de la vie là-bas…
    Vive les 68 premières fois, je ne pense pas que j’aurai lu ce livre de moi même !!!

    J'aime

  3. Un roman où on se laisse vite emporter et pourtant je n’étais pas sûre d’aimer les histoires de pêche. Le roman accuse tout de même quelques longueurs notamment sur son histoire avec « le grand marin ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s