Entretien avec Valérie Perrin

 

Valérie Perrin.jpg

Entretien avec Valérie Perrin

Vous êtes l’auteur de…..

Les oubliés du dimanche et Changer l’eau des fleurs

 

Pouvez-vous me décrire votre parcours?

Pour faire court, mon parcours, c’est juste je pense d’avoir énormément lu, de m’être beaucoup nourrie des autres auteurs, c’est une certitude. Je suis passionnée de bouquins, c’est et cela restera la grande passion de ma vie entre autre. Je pense qu’à un moment donné, quand j’ai eu fini d’écrire un scénario, qui a pris deux ans de ma vie et que j’ai vu une sorte de couloir de six mois, où je pouvais finir les Oubliés du dimanche, dont j’avais entrepris l’écriture des années auparavant, je suis allée au bout de ça, parce que j’avais envie d’aller au bout de cette histoire. Quand je l’ai terminée, je l’ai envoyée chez Albin Michel sur les conseils d’une amie. Elle m’a donné le nom de quelqu’un chez Albin Michel et effectivement, ils ont réagi extrêmement vite et je crois que quinze jours ou trois semaines après avoir reçu mon manuscrit, ils m’ont convoquée pour me dire que c’était un coup de cœur unanime du comité de lecture et qu’ils avaient décidé de l’éditer. Voilà comment cela a commencé. Après, le parcours, c’est vraiment un parcours de vie. J’ai eu plein de boulots dans ma vie. J’ai eu des enfants. On n’a pas forcément le temps. Il faut savoir, aussi, que l’on ne vit pas de sa plume. Il faut travailler. Et donc, je travaillais, parallèlement, j’écrivais un peu et en 2007, ma vie a changé. J’ai commencé à travailler comme photographe de plateau, puis à écrire des scénarios et c’est comme cela que j’ai fini d’écrire ce premier roman.

 

Écrivez-vous en ce moment , pouvez-vous m’en dire quelques mots?

Je suis en train d’écrire une nouvelle que je dois rendre dans le cadre du festival du premier roman de Chambéry et j’ai attaqué le troisième roman, quelques pages seulement, début août. J’ai plein de projets d’écriture. Il faut que je fasse le tri. Je termine cette nouvelle que je dois rendre et je vais vraiment débuter l’écriture du troisième roman.

 

Depuis quand écrivez-vous?

Je pense que j’écris depuis la primaire. Je me souviens de textes en C.M.2 que ma maîtresse avait gardés, quelques textes qu’elle avait beaucoup aimés et qu’on avait étudiés en classe.

 

Écrivez-vous chaque jour?

Non pas du tout. Je n’ai pas le temps. J’ai beaucoup bougé suite à la parution du premier roman, puis du deuxième. Je les ai présentés un peu partout. Et parallèlement à l’écriture du troisième roman, j’écris deux scénarios. Je ne peux pas écrire tous les jours.

 

Donc, vous n’êtes pas auteur à plein temps, vous avez une autre activité qui est d’écrire des scénarios.

 

Aimez-vous lire? Si oui, qu’aimez-vous lire?

J’aime lire, j’aime tout lire. Mais je trouve que c’est très compliqué de trouver le coup de cœur. Je recherche tous les jours. Je trouve qu’il y a énormément d’écrits. Il n’y a pas toujours de roman coup de cœur, cette claque magistrale où vraiment toutes les fées se sont penchées sur un roman, à savoir une écriture épatante, une intrigue épatante, de l’humour, même dans la tristesse.

 

Que lisez-vous en ce moment?

Je lis un livre génial, Dieu me dédeste de Hollis Seamon. C’est l’histoire d’un jeune homme qui est dans un service de fin de vie, mais c’est extraordinaire, je vous parlais de l’écriture épatante, il y a beaucoup d’humour, alors que la situation est tragique. C’est un livre qui m’a été conseillé par ma libraire de Deauville.

 

Quel est le livre qui vous a le plus marquée?

Il y en a plusieurs. Il y en a trois.

Mal de pierres de Milena Agus, Les champs d’honneur de Jean Rouaud

et je pense beaucoup à les Déferlantes de Claudie Gallay et de nombreux autres encore. Ils ont beaucoup marqué ma vie.

 

Quel livre auriez-vous aimé écrire?

Peut être que j’aurais aimé écrire Je l’aimais de Anna Gavalda.

 

Avez-vous envie de dire quelque chose à vos lecteurs ou futurs lecteurs?

La seule chose que j’ai à dire à mes lecteurs, c’est merci. Ils sont extraordinaires. Ils m’écrivent chaque jour. Merci de me suivre. Je leur réponds systématiquement. Je leur réponds que j’ai vraiment besoin de ça. On n’écrit pas tout seul pour soi. On écrit pour les autres et quand il y a un retour de ces autres, c’est bouleversant.

 

Tous nos remerciements à Valérie Perrin

Publicités

Une réflexion au sujet de « Entretien avec Valérie Perrin »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s