Les montagnes bleues

printemps-des-poetes-2015-u8u5

 

Les montagnes bleues

Terre dont l’image tremble
A jamais entre les cils

J’ai vu le ciel au galop
Sous la rivière intrépide

J’ai vu l’horizon courir
Si loin que l’azur déborde

L’heure qui passe élargit
L’ombre des oiseaux rapaces

Une autre face du monde
Réfléchit le crépuscule

Pays d’eaux rapides Roches
Dont les reflets perdent souffle
Vent fou d’oiseaux de nuages

Tutélaire la montagne
Apprivoise toute errance

Son grand bestiaire de pierre
Veille les premiers ancêtres
Et la dernière pauvresse

Les chevreuils passaient un fleuve
Qui t’éclabousse les yeux

Juliette Darle

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s