Entretien avec Tom Graffin

Nous avons eu la grande chance de recevoir Tom Graffin en janvier. Tous les participants au Café Littéraire Gourmand ont passé un excellent moment, très convivial. Nous attendons le deuxième roman avec impatience!

photo-carnac-2-jpg-tom-graffin

Vous êtes l’auteur de

JUKEBOX MOTEL.

Pouvez-vous me décrire votre parcours ?

Après des études de commerce à Rennes, j’ai voulu devenir biographe familial. Pas grand-chose à voir avec le commerce. J’écrivais la vie de gens anonymes, parfois de célébrités locales, sortes de témoignages transmis aux générations futures. J’ai d’ailleurs commencé par écrire la vie de ma grand-mère, en 2005. Parallèlement, je faisais de la musique, ce qui m’a permis de rencontrer de nombreux artistes. Entre 2008, et 2016, j’ai aussi travaillé dans une entreprise de formation. J’y formais des salariés de tous horizons aux écrits professionnels, de l’orthographe aux techniques rédactionnelles.

Écrivez-vous en ce moment, pouvez-vous m’en dire quelques mots ?

Oui, je suis sur le prochain roman. C’est un vrai chantier, qui avance quand même bien. J’ai commencé à prendre des notes en 2014 car j’avais très peur de ne pas trouver de sujet qui vaille le coup – j’entends : 2 à 3 ans de travail. Je ne peux hélas pas vous en donner le sujet. Surprise.

Depuis quand écrivez-vous ?

J’ai commencé par des poèmes vers 14 ans. Mais je m’y suis vraiment attelé vers 24 ans. Et j’ai commencé ce qui deviendrait mon premier roman à 31 ans.

Écrivez-vous chaque jour ?

Oui. J’essaie de m’astreindre à 1000 mots par jour, comme Jack London – je l’ai lu dans un dossier récent. C’est important de garder le fil, et le muscle.

Êtes-vous auteur à plein temps ou avez-vous une autre activité ?

À plein temps depuis un an, presque jour pour jour. Mais je n’écris pas que des romans. J’essaye de me diversifier. J’écris des chansons pour des artistes, je commence à écrire des scénarios. J’ai aussi eu la chance de faire mon premier reportage au Chili en novembre dernier, pour Air France magazine (numéro de janvier 2017).* L’écriture offre de nombreuses formes et possibilités.

* Voici le lien : http://magazines.airfrance.com/fr/air-france-magazine/237-janvier-2017/#98

Aimez-vous lire ? Si oui, qu’aimez-vous lire ?

J’adore les Mémoires, les biographies, les choses vraies. Et tout roman (ou nouvelle) qui arrive à faire passer pour réel ce qui n’a pas existé, grâce à la vérité du style. Comme L’homme qui plantait des arbres de Giono.

Que lisez-vous en ce moment ?

Le Tour d’écrou, de Henry James. Et les lettres de Samuel Beckett (Volume III).

Quel est le livre qui vous a le plus marqué ?

Les Fables de la Fontaine.

Quel livre auriez-vous aimé écrire ?

Voyage au bout de la nuit. C’est convenu, mais bon… Avoir mis le langage parlé dans la langue écrite reste la dernière grande invention littéraire à ce jour.

Avez-vous envie de dire quelque chose à vos lecteurs ou futurs lecteurs ?

Une fois mon sujet choisi, j’écris pour eux, en ne pensant qu’à eux et à leur quête de vérité et de simplicité. J’écris pour comprendre, et pour partager avec le plus grand nombre ce que j’ai essayé de comprendre. Et je les embrasse !

Chronique du Café Littéraire Gourmand

Dans ce roman, Tom Shaper, fils d’un paysan québécois, veut échapper à l’avenir tout tracé par son père, et refuse ce destin de cultivateur de fraises qu’il veut lui imposer. Il s’enfuit à New York où il rencontre Joan, avec laquelle il partage un amour hors normes. Il devient artiste peintre, un artiste reconnu. Pourtant, il ne comprend rien à cet engouement pour ses toiles.

Dans un bar californien, il croise Johnny Cash et lui promet de trouver un « diable d’endroit », « a hell of a place », un endroit où ils pourront se ressourcer, se retirer du monde, un endroit qui doit rester secret, le Jukebox Motel.

Dans ce lieu isolé, Tom croise les amis de Johnny Cash, Bob, Jimi, Elvis et Bruce, de beaux personnages qui nous transportent aux Etats-Unis, à la fin des années 1960.

Un roman marqué par le respect, un profond respect entre ces personnages.

Une belle quête, celle d’une vie autre.

Et une magnifique première de couverture.

A lire absolument.

Extrait:

Loin du cirque

   Je suis arrivé à Los Angeles à l’heure où les bars commencent à se vider. Je venais de traverser les Etats-Unis comme dans un film. Une lumière héroïque voilait ma vue d’un rayonnement fossile de faible intensité, comme si la peau rouge de l’Amérique s’était à jamais imprimée sur ma rétine.

J’étais perdu, sûrement. Je ne savais pas ce que je cherchais. J’avais quitté New York avec l’espoir de trouver un monde inconnu qui me fût en même temps familier. Revenir sur mes pas n’étant pas dans mes habitudes, je m’étais arrêté à l’autre bout du continent.

Avec le recul, je crois que je cherchais un refuge à mon existence. J’avais fui. Pas comme à la guerre -même si je voulais la paix- ni comme un malfrat -quoiqu’on pût nous trouver des points communs-, non, j’avais fui comme un pauvre devenu trop riche, trop vite. J’étais d’ailleurs certain de ne plus jamais connaître pareille fortune.

Et pourtant, il m’a parlé.

http://www.jukeboxmotel.fr/

 

http://www.jukeboxmotel.fr/la-bande-originale/

 

LE SECRET DE JOHNNY CASH – C À VOUS – 07/06/2016

http://www.france5.fr/emissions/c-a-vous/videos/le_secret_de_johnny_cash_-_c_a_vous_-_07062016_07-06-2016_1172023?onglet=tous&page=1

 

Ce qu’en dit l’éditeur:

1967. Dans un bar de Los Angeles, Johnny Cash livre ses états d’âme à un inconnu. Le chanteur, pourtant au sommet de sa gloire, dit ne plus se reconnaître et rêver d’un endroit tranquille où il pourrait oublier « tout ce cirque ».
En face, l’inconnu se nomme Thomas James Shaper, jeune peintre underground qui vient de faire fortune et voit dans sa rencontre avec Cash le signe qu’il attendait.
Comme lui, il s’est éloigné de ses racines. Comme lui, il sent que le monde bascule dans un vaste cirque. Alors, autant se mettre immédiatement en quête de ce « diable d’endroit ». Peut-être pourra-t-il y retrouver lui aussi l’homme qu’il était ?
Entre réalité et fantasme, entre le rêve et la chute, Tom Graffin signe un premier roman foisonnant et résolument moderne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s