Nos auteurs de 2016

Présentés dans l’ordre de participation au Café Littéraire Gourmand.

Nous les remercions pour les bons moments passés ensemble.

 

cafe-litteraire-2

P1150056

Louis Cabaret

Louis Cabaret

ISBN : 9791092653397
Éditeur : LIBRAIRIE EDITIONS TITULI (2014)

Résumé :

Paul avait eu une journée fatigante à la menuiserie, peindre ne lui disait rien; il préférait se servir à boire et en discuter avec les désœuvrés. Après plusieurs heures, alors qu’il discutait assis par terre dans la chambre de Cézanne, quelqu’un s’écria que Paul n’avait pas encore peint de la soirée. Un mouvement d’enthousiasme souleva toute la maisonnée : on vint pour le relever, on le pressa de prendre une toile et de peindre. Il refusa doucement mais tous scandèrent : Paul Courbelieu, peintre! Paul accepta pour faire cesser le vacarme.

P1150408

François Cléac’h

« À presque 80 ans, François Cléac’h sort son deuxième ouvrage, suite de Ho ! Le sale petit breton.

Il lui aura fallu un an de travail et de relecture. François Cléac’h, ancien professeur des écoles, aujourd’hui à la retraite, a sorti son deuxième livre : Le sale petit breton. Autobiographique, il fait suite à un premier épisode : Ho, le sale petit Breton !, paru en 2007. Un titre venant d’un geste de dégoût lancé par une mère parisienne un jour, se révoltant de la pauvreté de l’homme. « La vie était très compliquée nous étions très pauvres, raconte-t-il. Et en plus, il faut s’imaginer que, comme beaucoup, je ne parlais que breton ! »

Au collège de Concarneau

Objectif : témoigner, plus que raconter, d’une époque à travers son histoire personnelle. Ses changements sociétaux, culturels, l’aspiration d’un moment à plus de liberté ou à une meilleure. De même dans ce deuxième ouvrage, il raconte son adolescence au collège Pierre Guéguin, le niveau du collège à l’époque, très bon en sport grâce à un professeur, M. Kerhervé, moins dans d’autres disciplines : « À l’époque, nous n’étions que quatre à réussir le bac. » À côté de ses souvenirs liés à Concarneau, notamment son rôle de supporter de l’USC alors en division d’honneur, il raconte les recherches et contradictions connues par un adolescent de l’époque. « J’avais pour idéal un système très égalitaire, se remémore-t-il. J’ai été attiré par l’Église, sans être convaincu. »

Pour écrire ses souvenirs, l’homme a recoupé ses informations avec celle d’anciens camarades : « A mon âge, difficile de se souvenir de tout. » Une manière de revoir des amis perdus de vue, depuis parfois 60 ans. Un saut dans le temps qu’il propose à travers son ouvrage. Pour discuter de l’époque ou de ce témoignage, François Cléac’h sera présent vendredi 23 octobre au centre culturel Leclerc pour une séance de dédicace. »

Le Ouest France 25/10/2015

p1160315

Anne Jausions

Anne JAUSIONS a présenté  sa traduction de « Kumewawa » à partir de l’espéranto, au Café Littéraire Gourmand.

 

 

Sandra Martineau

Résumé de Les blessures du silence :

« Yohann, jeune journaliste ambitieux à l’appétit sexuel grandissant, s’inquiète de ses migraines de plus en plus fréquentes et de ses cauchemars récurrents : il se noie.
Alice décide de quitter son petit ami volage Samuel et part chez sa mère à Lavernat. Elle n’arrivera jamais à destination et c’est Samuel qui fait part de sa disparition.
Antonia, inspectrice de police, enquête sur Florence Ouvrier retrouvée morte en forêt du côté de… Lavernat. Mort, disparition, les affaires sont-elles liées ?
Yohann, de son côté va voir un guérisseur pour ses maux de tête et celui-ci lui conseille de demander à sa mère s’il n’a pas eu un accident en relation avec l’eau. Tout en menant l’enquête pour comprendre ce qui le hante, il alimente le journal avec des révélations surprenantes sur la mort de Florence Ouvrier…
Sa quête personnelle, son enquête sur le meurtre et la disparition l’emmènent sur des routes non parcourues depuis très longtemps. Pourquoi ? »

 

Résumé  de Dernière escale.
« Richard, ex-footballeur pro dont la carrière a pris fin après de multiples scandales, embarque avec femme et enfants sur le Cruise Constantino pour une croisière d’une semaine. C’est le voyage de la dernière chance pour renouer avec son épouse de plus en plus distante, renouer avec son fils, un ado grincheux et profiter enfin de la petite dernière, seul membre de la famille bien disposée à son égard.L’ex-star du Barça, encore auréolée de son prestige, est accueillie en VIP. Les passagères lui font les yeux doux, un journaliste le poursuit pour tenter de décrocher un ou deux scoops, le commandant le reçoit, la voyante du bord l’intrigue… Bref, la croisière ne demande qu’à s’amuser, mais l’ex-joueur, obnubilé par le souvenir de l’enlèvement de sa soeur, n’a qu’une obsession, sur-protéger sa très jeune fille, proie idéale selon lui pour les prédateurs de tout poils gravitant dans les coursives.Quand un détective, interloqué par ses agissements paranoïaques et ses réactions incohérentes, vient proposer ses services à ce père anxieux, l’angoisse va croissante. Chaque escale apportant par ailleurs son lot d’événements plus inquiétants les uns que les autres.Le paquebot débarquera-t-il autant de passagers qu’il en a embarqué ? »

sandra-martineau-2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s